Partager, , Google Plus, Pinterest,

Imprimer

Posted in:

Les climatiseurs : comment s’y retrouver?

#napert #TrucEtConseils #climatiseur

Le temps des climatiseurs s’en vient!  Vous êtes tenté?  Sachez-en un peu plus avant de magasiner.

Peu importe le type de climatiseur, considérez prioritairement les trois aspects techniques suivants : puissance, consommation énergétique et bruit de fonctionnement.

1- Puissance
Règle numéro un : un petit appareil qui fonctionne plus longtemps sera plus efficace qu’un climatiseur trop puissant qui arrête et redémarre souvent. Un cycle de fonctionnement plus long se traduira par un taux d’humidité plus bas dans la maison, un facteur clé en matière de confort et de qualité de l’air. Un climatiseur aux bonnes dimensions permettra donc de maintenir un taux d’humidité relative de 30 à 50 %.

2- Efficacité énergétique
Autre critère important : la performance éconergétique. À cet égard, l’étiquette ÉnerGuide renseigne sur le rendement de chaque appareil. La cote SEER (ratio d’efficacité énergétique saisonnier) mesure ce taux de rendement. Plus la cote est élevée, plus la consommation énergétique sera faible. Cette donnée s’avère des plus utiles pour trancher entre deux produits aux caractéristiques très similaires.

Par ailleurs, un produit marqué du symbole ENERGY STAR offre la garantie qu’il satisfait aux exigences les plus rigoureuses en matière d’efficacité énergétique. À l’heure actuelle, les produits homologués ENERGY STAR doivent présenter un SEER d’au moins 14, mais il existe sur le marché des climatiseurs avec un SEER de 21!

2- Niveau de bruit
Enfin, on doit s’assurer que le type d’appareil et le niveau de bruit engendré par son fonctionnement respectent la réglementation municipale ou, le cas échéant, celle de l’immeuble. Un repère : votre quiétude (et celle des voisins!) en souffrira s’il émet plus de 80 décibels. La fiche technique des climatiseurs fait état de leur performance à ce chapitre.

Individuel ou central?
Le climatiseur requis dépend de l’espace à refroidir. Un appareil individuel suffira généralement pour rafraîchir une ou deux pièces (100 à 550 pi² ou 5 000 à 12 000 Btu/h). La climatisation de toute la maison exigera toutefois de recourir à un appareil central, beaucoup plus coûteux.

1- Appareils individuels
Pour une surface restreinte, le climatiseur de fenêtre représente une solution économique et pratique pour les locataires. Il est cependant bruyant, obstrue une partie de la fenêtre, doit être réinstallé chaque printemps et entreposé durant la saison froide. À partir de 300 $.

Le climatiseur mural est généralement plus coûteux mais plus silencieux. Il s’installe dans un boîtier encastré dans un mur extérieur. À partir de 800 $.

À puissance comparable, le climatiseur mobile ou portatif coûtera plus cher à l’achat et s’avèrera moins efficace. Cet appareil sur roulettes commande l’installation d’un manchon d’évacuation extérieure de l’air chaud généré par son fonctionnement et une vidange régulière du bac de récupération de l’eau de condensation. À partir de 900 $.

2- Appareils centraux
Au nombre des appareils conçus pour refroidir de grands espaces, certains sont destinés aux maisons ne disposant pas d’un réseau de conduits d’air (chauffage à air pulsé).

-Le climatiseur « bibloc » comprend un compresseur et un condense installés à l’extérieur de la maison et un ou plusieurs diffuseurs d’air frais placés en haut des murs, aux points centraux de l’aire à climatiser. À noter que la puissance de climatisation varie de 9 000 à plus de 35 000 Btu/h.

– Le « plafonnier » loge, pour sa part, dans le comble (« entretoit ») et distribue l’air frais par des conduits flexibles débouchant au plafond des pièces. La localisation de l’appareil en rend l’accès difficile et, par conséquent, en complique l’entretien. Autres aspects négatifs : les risques de fuites d’air par les plafonds et de condensation dans les conduits.

D’autres appareils centraux doivent être raccordés à des conduits d’air. Leur capacité de refroidissement peut atteindre cinq tonnes, soit 60 000 Btu/h!

– La thermopompe (ou pompe à chaleur) centrale se distingue par sa dualité : l’inversion de son système de climatisation en fait un générateur d’air chaud durant la saison froide. Coûteux et plus ou moins bruyant, cet appareil volumineux trône à l’extérieur de la maison.

– Tout aussi puissant et efficace, le climatiseur central à air possède un compresseur situé à l’extérieur de la résidence. Son second composant, soit l’évaporateur, se greffe au cœur d’un système de chauffage central d’où l’air rafraîchi est distribué dans toutes les pièces par les conduits de ventilation.

 

SOURCE : CAA

Laisser un commentaire